Comment la technologie déstabilise-t-elle les professionnels de la finance et de la comptabilité

Les innovations technologiques en comptabilité continuent de transformer le cœur de la profession.

Pour les microentreprises d’une seule personne comme pour les cabinets d’experts-comptables qu’on surnomme les Quatre Grands, la technologie comptable accélère le rythme de l’évolution au sein de l’industrie. L’automatisation imprègne rapidement chaque secteur de la fonction comptable traditionnelle et invite les membres de la profession à adhérer à la refonte de la profession et au renouveau de son capital humain. Le parcours passionnant vers une comptabilité allumée offre la possibilité de redéfinir l’essence même de la fonction comptable en tant que générateur dynamique de valeur pour les clients et les organisations.

La course des géants

Les innovations perturbant la profession comptable viennent des plus grands, c’est-à-dire des cabinets géants comme les Quatre Grands. Les plus grands acteurs vont de l’avant et forcent les plus petites organisations à emboîter le pas, ou à se faire écraser.

« Les moyens et grands cabinets de CPA ne sont généralement pas reconnus pour être les adeptes les plus précoces du changement, à moins qu’il soit question d’une loi ou d’un règlement qu’ils sont tenus de respecter », déclare Jim Boomer, chef de la direction de Boomer Consulting. Selon M. Boomer, on qualifie plutôt ces organisations d’« adeptes tardifs ».

La révolution de l’automatisation

Les tâches répétitives sont les plus susceptibles d’être automatisées, ce qui fait de la comptabilité une fonction propice à l’automatisation. L’automatisation prend en charge de plus en plus rapidement les tâches fastidieuses requérant peu de savoir-faire que sont la collecte, la comptabilisation, la comparaison et le rapprochement de transactions. L’automatisation des processus par la robotique (APR) peut être utilisée pour personnaliser les processus répétitifs afin qu’ils s’adaptent aux nuances et aux anomalies tout en signalant les problèmes nécessitant une enquête plus approfondie. L’automatisation aura pour effet de faire passer les commis comptables à des rôles de plus grande valeur, qui exigent des analyses approfondies, des améliorations en matière de processus et la création de solutions.

L’APR appuie la gestion du capital humain

L’APR exploite des algorithmes d’apprentissage automatique, qui en plus d’exécuter et de surveiller les fonctions comptables de base, comme les écritures de journal, la comparaison des transactions et le calcul des comptes de régularisation, prennent également en charge la gestion des exceptions et les flux de travaux de redressement. L’apprentissage automatique s’améliore à chaque utilisation, ce qui amène l’APR à pousser la capacité de prise de décision vers des situations de plus en plus complexes. L’analytique prédictive peut aider à atténuer et à pallier les problèmes potentiels à mesure que l’APR permet l’apprentissage de solutions. Lorsque l’efficacité s’améliore, le capital humain et le rendement du capital investi font de même.

Le modèle de la comptabilité continue

L’alliance de l’ARP et de l’analytique prédictive continuera de faire accélérer le rythme de clôture et mènera éventuellement vers le modèle de la comptabilité continue. Ce modèle collecte, comptabilise et compare des données en continu grâce à un traitement et à des analyses en temps réel, permettant aux dirigeants et aux équipes de services financiers de fournir les données et les prévisions les plus précises et à jour. La comptabilité continue transcende le modèle « consignation et rapport » traditionnel, qui à son tour favorise un modèle d’audit continu.

Nuage : technologie passerelle

Bien que le processus ait débuté lentement, les moyennes et grandes organisations se font à l’idée. M. Boomer constate que la tendance actuelle est axée sur le transfert des « technologies sur place vers le nuage », car les dirigeants principaux de l’information (DPI) prennent conscience de la commodité et des économies de coûts résultant de ne pas avoir à effectuer de mise à niveau ni à acheter de nouveau matériel. Le nuage est la technologie passerelle qui éclaire les gens et rend l’adoption moins intimidante. « Les organisations reconnaissent que leur compétence principale n’est pas de maintenir une infrastructure technologique, mais plutôt de trouver les outils afin d’être plus efficaces pour accomplir le travail et améliorer l’expérience client », explique monsieur Boomer. À mesure que les organisations deviennent plus à l’aise, elles sont plus consciencieuses dans la sélection de logiciels intégrant la mobilité en vue d’améliorer l’expérience client.

Migration vers le nuage

L’intégration de services de technologie comptable sur le nuage permet une accessibilité flexible et mobile et un flux de données sans friction entre le système et les clients. L’intégration de l’infonuagique s’illustre par une proportion de 56 % de cabinets de CPA qui ont déclaré avoir utilisé des logiciels infonuagiques en 2016, ce qui constitue une hausse de 17 % par an selon l’American Institute of Certified Public Accountants (AICPA).

De plus, selon l’AICPA, 91 % des plus grandes organisations (générant plus de 10 millions de dollars en revenus annuels) et 38 % de toutes les organisations fournissent des appareils mobiles tels que des tablettes et des moniteurs à leur personnel pour permettre le travail à distance. L’infrastructure de la transformation est là et la concurrence donne le ton à l’adoption.

L’intelligence artificielle donne des moyens

M. Boomer observe une intégration majeure des applications de technologie d’apprentissage cognitif. « L’apprentissage automatique peut jouer un grand rôle en passant au crible l’ensemble des codes d’impôt ou de grandes quantités de données en vue de détecter des anomalies dans l’audit et en simplifiant vraiment les choses avant de remettre le tout au professionnel de la comptabilité afin qu’il use de son meilleur jugement pour formuler des recommandations », affirme-t-il. Cette technologie peut permettre aux CPA de fournir des données de meilleure qualité conduisant à une optimisation améliorée de la stratégie pour leurs clients et à une augmentation de la valeur.

Faire le saut

M. Boomer conseille de laisser de côté les modèles fondés sur le rendement du capital investi lors de la planification d’un investissement technologique. « Cela revient souvent à chercher une raison pour affirmer que cela ne fonctionnera pas, plutôt que se concentrer sur la façon dont cela peut fonctionner », dit-il. Il recommande aux organisations de se concentrer sur le portrait global et d’allouer une portion fixe des revenus à l’investissement en technologie comptable et pas uniquement à la maintenance. Bien qu’il est judicieux d’agir avec prudence, ce changement radical s’opère maintenant. Les organisations doivent faire le saut avant de commencer à perdre leur part de marché actuelle.

Le générateur de valeur

Le cabinet d’experts-comptables du futur prendra le rôle de générateur de valeur pour les clients. L’automatisation touchant la plupart des fonctions comptables traditionnelles, les clients peuvent transmettre des communications, des données et des analyses à distance, dans un écosystème automatisé, en temps réel et sans friction. Des missions constituant la réponse humaine compensatoire permettent aux CPA d’offrir une grande valeur au moyen d’analyses approfondies, d’aperçus et de solutions personnalisées à chaque client. Le lien avec le client s’en trouve solidifié, ce qui favorise la confiance et la loyauté à long terme.

BALISES FR : Tendances et innovation Moyenne entreprise Grande entreprise Services financiers Finances