La plupart des Canadiens se sentent en sécurité pendant la crise liée à la COVID-19

Les travailleurs canadiens estiment que leur employeur prend des mesures appropriées pour les protéger pendant la pandémie

Le premier sondage de la série d’études sur les habitudes de travail en temps de COVID-19 d’ADP Canada montre que la plupart des travailleurs canadiens se sentent en sécurité au travail pendant la pandémie. Ce sondage, mené par Angus Reid au nom d’ADP Canada, explore les répercussions de la COVID-19 sur les lieux de travail canadiens. Les résultats indiquent que, conformément aux directives de santé publique et à leurs obligations en matière de santé et sécurité au travail, les employeurs ont adopté diverses mesures afin de protéger leur personnel, notamment la mise en place d’ententes de travail à domicile et de pratiques d’éloignement physique, l’augmentation de l’équipement de protection et des barrières et la désinfection et le nettoyage plus fréquents des espaces de travail. Dans toutes les compétences canadiennes, les employeurs ont l’obligation générale de prendre toutes les précautions raisonnables pour protéger la santé et la sécurité de leurs employés.

Malgré les mesures de sécurité supplémentaires, un grand nombre de travailleurs de première ligne se sentent forcés d’aller travailler pendant la pandémie, particulièrement les milléniaux. Par contre, les travailleurs les plus vulnérables (âgés de 55 ans et plus) se sentent plus en sécurité au travail et moins forcés d’aller travailler que les générations plus jeunes. De plus, les hommes sont plus susceptibles de se sentir en sécurité au travail et d’aller travailler régulièrement que les femmes.

Principales conclusions de l’étude :

  • Près de 9 travailleurs canadiens sur 10 se sentent en sécurité dans leur lieu de travail (86 %).
    • 75 % des travailleurs de première ligne et 97 % des travailleurs à distance se sentent en sécurité au travail.
    • 79 % des hommes se sentent en sécurité au travail, par rapport à 70 % des femmes.
    • 82 % des travailleurs âgés de 55 ans et plus se sentent en sécurité au travail, comparativement à 70 % des travailleurs âgés de 35 à 54 ans et à 75 % de ceux âgés de 18 à 34 ans.
  • 80 % des travailleurs canadiens estiment que leur employeur a pris toutes les précautions nécessaires pour les protéger contre la COVID-19.
    • 90 % des travailleurs à distance et 72 % des travailleurs de première ligne conviennent que leur employeur a pris les précautions nécessaires pour les protéger.
    • Voici certaines des mesures que les employés savent que leur employeur a prises pour les protéger :
      • Permettre aux employés de travailler à domicile (61 %)
      • Favoriser l’éloignement social (58 %)
      • Accroître la désinfection et le nettoyage des espaces de travail (56 %)
    • 72 % des travailleurs de première ligne affirment que leur employeur a augmenté la désinfection et le nettoyage de leur espace de travail.
  • 42 % des travailleurs de première ligne se sentent forcés d’aller travailler pendant la pandémie.
    • 37 % des travailleurs âgés de 18 à 34 ans sont plus susceptibles de se sentir forcés d’aller travailler que les générations plus âgées (26 % des travailleurs âgés de 35 à 54 ans et 24 % des travailleurs âgés de 55 ans et plus).

Conclusions par région :

  • Les travailleurs (à distance et de première ligne) du Québec sont ceux qui ressentent la plus grande pression d’aller travailler pendant la crise de la COVID-19 (44 % par rapport à la moyenne nationale de 29 %). De plus, les travailleurs de première ligne du Québec se sentent moins en sécurité au travail (63 % par rapport à la moyenne nationale de 75 %).
  • Les travailleurs du Manitoba et de la Saskatchewan sont les moins susceptibles de travailler depuis la maison (19 %, contre 26 % pour la moyenne nationale).
  • Les travailleurs de la Colombie-Britannique sont plus susceptibles de ne pas se sentir forcés d’aller travailler (77 % par rapport à la moyenne nationale de 66 %), et ils estiment que les employeurs de la province sont les plus susceptibles de réduire les heures d’ouverture (40 % par rapport à la moyenne nationale de 31 %).

À propos de la série Étude sur les habitudes de travail en temps de COVID-19 d’ADP Canada :
La pandémie mondiale de coronavirus, ou COVID-19, perturbe de nombreux aspects de la vie, notamment l’emploi et l’économie canadienne et mondiale.

ADP Canada a fait appel à Angus Reid pour mener des sondages aux deux semaines afin d’obtenir des perspectives pertinentes en temps opportun sur les effets de la pandémie sur les milieux de travail, ainsi que sur le niveau de préparation des lieux de travail et leur réaction face à cette pandémie internationale.

Ce sondage en ligne auprès de 787 travailleurs canadiens a été effectué entre le 3 et le 5 avril 2020, au moyen de la plateforme en ligne d’Angus Reid. La marge d’erreur pour cette étude était de +/-3.49%.

Ce sondage a été effectué en plus de la recherche d’Angus Reid sur la crise de la COVID-19, qui constitue un outil de suivi informant chaque semaine les Canadians à propos des changements d’attitude et de comportement. Il comprend un échantillon représentatif de n=1 004 adultes canadiens (âgés de 18 ans ou plus) qui sont membres du Forum Angus Reid.

Vous trouverez une foire aux questions, des listes de vérification, des webémissions et des ressources pour vous aider à protéger et à gérer vos employés ici : Trousse d’outils de préparation des employeurs offerte par ADP – Maladie à coronavirus (COVID-19)

BALISES FR : Articles Tendances et innovation Articles et perspectives