La chaîne de blocs fait-elle partie de l’avenir des RH?

Par Tashina Charagi

Comment l’expérience de transactions partagées peut renforcer l’autonomie des ressources humaines.

Chaîne de blocs. Cette technologie très en vogue est l’épine dorsale du bitcoin, la cryptomonnaie qui a récemment fait l’objet de très nombreux mouvements sur le marché. Pour les dirigeants d’entreprise et les professionnels des ressources humaines (RH), l’incidence de la chaîne de blocs sur les RH semble minime, du moins jusqu’à présent.

Mais en isolant la cryptomonnaie de son infrastructure sous-jacente, une nouvelle valeur apparaît. Voici comment le modèle partagé de chaîne de blocs pourrait fondamentalement transformer les RH.

Notions de base sur la chaîne de blocs

Avant que les équipes de RH puissent tirer parti de la technologie de la chaîne de blocs, il est essentiel d’en comprendre les fondements. Tout d’abord, rappelez-vous que la chaîne de blocs n’est pas intrinsèquement liée au bitcoin ou à toute autre cryptomonnaie. En effet, la chaîne de blocs représente simplement un moyen d’examiner les transactions numériques. Généralement, les transactions numériques s’effectuent au sein de groupes fortement restreints, par exemple l’acheteur et le vendeur. Le problème est que si les données liées à la transaction sont compromises, il est difficile de déterminer qui a modifié les données et dans quel but.

La chaîne de blocs, quant à elle, existe en tant que grand livre partagé des transactions. Cela signifie que toutes les parties doivent convenir des paramètres relatifs aux transactions et que ces renseignements sont accessibles pour tous les membres de la chaîne de blocs. À partir de là, les renseignements ne peuvent pas être supprimés ou modifiés, seulement ajoutés. De nouveaux « blocs » de données sont ajoutés en séquence, ce qui signifie que toute tentative de modification de la chaîne existante aura une incidence sur chaque bloc suivant. Voilà la vraie valeur de la chaîne de blocs : des transactions sécurisées, transparentes et partagées qui ne peuvent pas être dupliquées ni masquées.

L’incidence sur les RH

Qu’est-ce que tout cela signifie pour votre entreprise? D’abord, l’incidence de la chaîne de blocs sur les RH ne concerne pas que les entreprises. En effet, les transactions au sein de la chaîne de blocs fonctionnent aussi bien pour les particuliers que pour les grandes organisations, tout comme le nuage. La taille n’est pas un obstacle à l’adoption. Plus précisément, l’utilisation de la chaîne de blocs offre de nombreux avantages, notamment :

Identité

Sur le marché du travail actuel, il peut être difficile pour les employeurs potentiels de vérifier l’identité d’un travailleur ainsi que ses capacités. La société de présélection HireRight indique que 85 % des employeurs américains ayant répondu à leur enquête de référence de 2017 ont déclaré avoir « découvert un mensonge ou une fausse déclaration dans le curriculum vitae ou la demande d’emploi de candidats au cours du processus de présélection ». Dans ce contexte, les travailleurs qualifiés peuvent avoir du mal à se faire remarquer et à faire valoir leurs titres de compétences. Cela est encore plus complexe dans le contexte de l’économie à la demande, où un travailleur peut avoir reçu une formation et une éducation appropriées, mais dans le cadre de situations non orthodoxes et non documentées. Dans de tels cas, il peut être difficile pour le travailleur de poursuivre ses études et sa formation et d’en tirer parti afin de trouver d’autres rôles. Un référentiel décentralisé qui permettrait le partage vérifié des titres de compétences contribuerait grandement à résoudre ce problème.

Gestion de la paie

Selon Deloitte, la chaîne de blocs pourrait aider à simplifier la gestion de la paie à l’étranger en contribuant à réduire l’incidence de la volatilité des devises. On constate déjà l’apparition d’agences facilitant le processus de paiements transfrontaliers en convertissant des devises en bitcoins, en effectuant des transactions traçables, puis en reconvertissant la monnaie numérique en monnaie locale.

Attestation de scolarité ou de formation

Comme l’indique la susmentionnée société HireRight, et comme le confirme Deloitte, les employés exagèrent parfois en rédigeant leur curriculum vitæ. Deloitte souligne que 58 % des employeurs y ont découvert des mensonges au sujet d’emplois antérieurs ou d’attestations d’études. La chaîne de blocs offre un moyen de vérifier ces renseignements et de donner le contrôle aux candidats. Grâce à la chaîne de blocs, les établissements universitaires peuvent confirmer l’exactitude de données précises, puis fournir aux employeurs une clé numérique afin de vérifier cette transaction. Il s’agit d’une formule avantageuse pour tout le monde, car les données des candidats demeurent sécurisées et les entreprises sont assurées de la véracité des affirmations comprises dans les C.V.

Conclusion?

La chaîne de blocs n’est pas parfaite. Sa nature perturbatrice signifie que les petits entrepreneurs et les petites entreprises en seront les premiers adeptes et qu’une intégration transparente avec les outils de RH prendra du temps. Toutefois, selon la Society for Human Resource Management, les experts anticipent l’arrivée de technologies des RH compatibles avec la chaîne de blocs au cours des deux prochaines années. Cela aide à orienter les investissements en ce qui concerne les ressources humaines – l’adoption d’un système de gestion du capital humain et de ervices de gestion de la paie infonuagiques et souples peut contribuer à vous préparer maintenant pour l’ [HH(1] de la chaîne de blocs partagée.

Cet article est paru à l’origine dans SPARK Parrainé par ADP.

BALISES: Administration de la paie Recrutement et embauche Tendances et innovation Analyse de la main-d’œuvre RH