Obtenez une
soumission gratuite
866 622-8153

Pour plus de la moitié des travailleurs canadiens, les congés se paient cher

Pour plus de la moitié des travailleurs canadiens, les congés se paient cher

Selon une étude d’ADP Canada, les Canadiens travaillent trois jours de plus pour compenser un congé d’une semaine; près de la moitié changerait d’emploi si on leur offrait plus de vacances

TORONTO, 19 décembre 2018 - Si vous envisagez de prendre des congés pendant la saison des Fêtes, vous vous préparez sûrement à passer quelques heures supplémentaires au travail avant et après vos vacances.

Selon le plus récent sondage d’ADP sur le sentiment des travailleurs, plus de trois travailleurs canadiens sur cinq affirment qu’ils doivent faire des heures supplémentaires avant (63 %) et après (64 %) leurs vacances afin de compenser leur absence. Bien que cette statistique montre une baisse de près de dix pour cent du nombre total de personnes effectuant des heures supplémentaires, ces mêmes employés disent qu’ils feront maintenant davantage d’heures supplémentaires que l’an passé.

En tout, les travailleurs canadiens s’attendent à devoir payer un « impôt sur les congés » d’environ 23 heures de plus (soit près de trois journées de huit heures) comme temps de préparation ou de rattrapage avant et après leur semaine de vacances. Cette prévision est deux fois plus élevée que celle de l’an passé (11,4 heures) et dépasse légèrement les statistiques de 2016 (21 heures). Les jeunes travailleurs, entre 18 et 34 ans, semblent être les grandes victimes de ce fardeau, affirmant qu’ils envisagent de travailler 32,1 heures de plus avant ou après une semaine de vacances.

« Il semblerait qu’au Canada, les congés viennent avec un prix à payer. Bien qu’il soit encourageant de voir que moins de travailleurs canadiens ressentent le besoin de faire des heures supplémentaires afin de compenser leur absence, il est préoccupant de constater que pour un grand nombre, les périodes de vacances peuvent être à la fois un bienfait et un fléau, affirme Hendrick Steenkamp, directeur du service des conseils en ressources humaines d’ADP Canada. Les employés ne devraient pas se voir infliger des heures supplémentaires parce qu’ils prennent un congé bien mérité. Les directeurs ont la responsabilité de voir à ce que leurs équipes profitent au mieux de leurs congés, ce qui signifie qu’ils doivent assurer un remplacement lors des absences, mais également un soutien pour atténuer la charge de travail additionnelle avant et après les vacances. »

Congé non utilisé, congé perdu
Il a été démontré que les congés rehaussent la productivité des employés ainsi que leur satisfaction. Ces périodes de repos les aident à refaire le plein et à rester concentrés au travail, ce qui a une incidence importante sur le rendement en plus de contribuer à une culture d’entreprise positive.

Alors que plus de la moitié des répondants (53,8 %) indiquent avoir droit à quatre semaines de vacances ou moins cette année, seuls 48,5 % affirment qu’ils utiliseront la totalité de leurs congés au cours d’une année moyenne, et cinq pour cent avouent ne prendre aucun congé en général.

Plus de vacances signifie une meilleure rétention
Près de la moitié (47,3 %) des travailleurs canadiens affirment qu’ils changeraient d’emploi si on leur offrait plus de périodes de vacances, même si toutes les autres conditions restaient les mêmes.

En fait, trois travailleurs sur cinq (60,6 %) âgés de 18 à 34 ans et plus de la moitié (52,6 %) des travailleurs âgés de 35 à 44 ans, c’est-à-dire les tranches d’âge les plus convoitées et difficiles à recruter, indiquent qu’une offre avec davantage de jours de congés pourrait suffire à les convaincre de quitter leur emploi actuel.

La difficulté de se déconnecter du travail
Grâce à toutes ces heures supplémentaires, il devrait être facile de décrocher entièrement du travail pendant les vacances, mais les Canadiens disent avoir de la difficulté à laisser leur boulot au bureau.

Près de la moitié des répondants (44,6 %) affirment qu’ils consulteront leurs courriels professionnels ou qu’ils communiqueront avec leurs collègues pendant leurs vacances, tandis que 13,8 % disent être prêts à se remettre au travail en cas de problème. Les jeunes travailleurs (18 à 34 ans) sont ceux qui sont le plus susceptibles de rester à l’affût. Plus de la moitié d’entre eux (56,5 %) affirment qu’ils vérifient toujours leurs courriels, et 47 % admettent vérifier plusieurs fois.

« La nouvelle année est l’occasion idéale pour les employés et les directeurs de se promettre de profiter au maximum de leurs congés bien mérités, ajoute M. Steenkamp. Les organisations devraient revoir leurs politiques quant aux vacances, par exemple en offrant des jours de congé illimités ou flexibles et en donnant aux directeurs les outils nécessaires pour aider leurs employés à prendre congé sans qu’ils aient à en payer le prix. Encourager une culture où le bien-être des employés est soutenu de façon proactive aide à rehausser la productivité et l’implication, mais aussi à améliorer la rétention des talents. »

Autres faits saillants de l’étude d’ADP sur le prix que paient les employés pour leurs congés :

  • Les travailleurs québécois ne sont pas aussi touchés par ce phénomène que les travailleurs des autres provinces. Environ 41 % des participants de la Belle Province affirment effectuer des heures supplémentaires avant ou après un congé (20 % de moins que la moyenne nationale), et lorsqu’ils le font, ils n’enregistrent que 17,2 heures supplémentaires. Les Québécois sont aussi ceux qui sont les moins susceptibles de quitter leur emploi si on leur offrait plus de périodes de vacances : seuls 33,8 % des répondants ont indiqué qu’ils feraient le changement.
  • Les travailleurs de la Colombie-Britannique sont les plus susceptibles de faire des heures supplémentaires avant une période de congés (72,7 %); ils sont aussi ceux enregistrant le moins d’heures supplémentaires (13,8 heures) dans l’ensemble avant ou après une semaine de vacances.
  • Les femmes (6,6 %) sont près de deux fois plus susceptibles que les hommes (3,4 %) de ne pas utiliser leurs vacances pendant l’année, mais elles arrivent plus facilement à décrocher complètement du travail lorsqu’elles prennent congé (46 %) par rapport aux hommes (32,8 %).
  • Les hommes effectuent beaucoup plus d’heures supplémentaires (27 heures) que les femmes (19,3 heures) avant et après une période de vacances.
  • Les travailleurs du Canada atlantique sont ceux qui enregistrent le plus d’heures supplémentaires (31,5 heures), suivis de près par les Ontariens (27,7 heures). De plus, près d’un travailleur sur dix du Canada atlantique affirme ne pas prendre de vacances pendant l'année, soit le double de la moyenne nationale.
  • En tout, sept pour cent des Canadiens ayant participé au sondage disent avoir des jours de congé illimités chaque année; les travailleurs des Prairies (Manitoba et Saskatchewan – 10,6 %) et de la Colombie-Britannique (10,3 %) sont les plus susceptibles de pouvoir bénéficier de cette option.

Méthodologie du sondage

Un sondage en ligne a été rempli par 1 562 Canadiens entre le 16 et 19 novembre 2018, par l’entremise du panel en ligne de Leger. La marge d’erreur pour cette étude était de +/-2,5 %, 19 fois sur 20. Remarque : dans ce rapport, seules les réponses des travailleurs à temps plein, à temps partiel et autonomes/pigistes (872 Canadiens) sont analysées.

À propos d’ADP Canada

ADP Canada donne aux organisations de toute taille les outils pour permettre aux travailleurs de prospérer. Du traitement de base de la paie en passant par des analyses et des systèmes complexes de gestion du personnel, nous aidons les chefs d’entreprise à prendre de meilleures décisions. Nos clients font confiance à ADP pour leur fournir des conseils stratégiques et de l’expertise afin de s’entourer de la main-d’œuvre dont ils ont besoin et de l’inspirer. Visitez notre site Web ADP.ca ou suivez-nous sur Twitter .

Pour obtenir plus de renseignements :

Erin Griffin
Kaiser Lachance Communications
647-725-2520 poste 221
erin.griffin@kaiserlachance.com

Merci!
Vous avez bien effectué la première étape.
Un de nos représentants communiquera avec vous sous peu pour démarrer le processus.

Téléphonez à un spécialiste d’ADP au
1-866-622-8153
ou

DEMANDEZ VOTRE SOUMISSION GRATUITE








Oui Non

Vos informations personnelles sont protégées